Erika Guillouzouic

est diplômée des Cours Florent et de la faculté de Nanterre en Arts du Spectacle.

A la mise en scène, elle se forme entre autre auprès de Jean Liermier sur Les Sincères de Marivaux à la Comédie-Française, auprès d’Olivier Py sur Aïda de Verdi à l’Opéra National de Paris ainsi qu’auprès de Dmitri Tcherniakov sur Snegourotchka de Rimski-Korsakov. Dernièrement, elle a participé au stage La mise en scène – L’acteur interprète ou créateur ? dirigé par Jean-Yves Ruf dans le cadre des Chantiers Nomades.

En 2005, elle fonde une compagnie de théâtre « Les 21èmes Silencieuses » au sein de laquelle elle met en scène aussi bien des auteurs classiques – Marivaux – que contemporains – Copi – Elle expérimente également pour la première fois la mise en scène d’un de ses propres textes, Perdus.

Aujourd’hui elle continue son travail de recherche avec une nouvelle compagnie, « À l’Endroit comme À l’Envers ». En 2018 elle met en scène Ce grand besoin de respirer, pièce qu’elle a écrite, au Théâtre de Belleville.

En tant qu’assistante, elle seconde pour la première fois Sandrine Lanno sur la mise en scène de The Golden Vanity et autres histoires de marins de Benjamin Britten et Joël Jouanneau à l’Opéra de Lyon, repris au Théâtre de Vénissieux et au Nouveau Théâtre de Montreuil. Elle l’assiste également sur Mais n’te promène donc pas toute nue de Feydeau au Théâtre de l’Étoile du Nord.

Elle collabore auprès de Paolo Panizza sur la Cenerentola de Rossini, une co-production entre Opéra Futura (Italie) et Pafos Aphrodite Festival (Chypre)

Plus récemment, elle assiste Christophe Honoré sur Cosi fan tutte de Mozart à l’Opéra de Lille et sur la création de Tosca de Puccini au Festival International d’Aix en Provence.

A présent elle est en écriture d’une nouvelle pièce de théâtre, l’Ange de la forêt, ainsi qu’en co-écriture avec Matthias Fortune Droulers sur Amedeo, pièce portant sur Amedeo Modigliani.